Skip to content


Akira Mizubayashi : “Le gouvernement japonais minimise Fukushima le plus possible” via metro news

ESSAI – Universitaire et professeur de français à l’université de Tokyo, Akira Mizubayashi dénonce dans son “Petit éloge de l’errance” (Folio/Gallimard) l’irresponsabilité du gouvernement japonais face à la catastrophe de Fukushima, entre souvenirs personnels et évocations artistiques.

Akira Mizubayashi écrit directement en français. Photo : HELIE GALLIMARD

“Mon épouse m’a dit : tu es allé un peu trop loin, tu ne t’inquiètes pas ?” Non, Akira Mizubayashi n’est pas inquiet. Cet élégant professeur, qui parle français sans le moindre accent, a ressenti l’urgence de dire ce qui cloche au japon. Osé, dans un pays où les gens n’expriment jamais frontalement leurs désaccords. Or Akira Mizubayashi a pour arme la langue française, qu’il enseigne et dans laquelle il écrit merveilleusement. Son dernier livre, Petit éloge de l’errance, offre sans intermédiaire le regard rare, à la fois révolté et sensible, d’un Japonais sur l’après-Fukushima.

Des manifestations inédites au Japon

“J’ai voulu comprendre pourquoi ce pays ne change pas, pourquoi il n’y a pas de prise de conscience citoyenne au Japon, explique Akira Mizubayashi. Pourtant, un début de contestation a bien eu lieu : « Tous les vendredis soirs, il y a un rassemblement devant la résidence du Premier ministre. Il y a deux ans, on a dénombré 200 000 personnes, du jamais-vu. Les manifestations sont très mal vues au Japon depuis les mouvements de protestation étudiantes qui étaient devenues très violentes. Depuis, y participer, c’est être un peu extrémiste. Déjà, s’intéresser à la politique est extrémiste !”

Le gouvernement japonais veut reléguer Fukushima dans l’oubli

Après Fukushima, Akira Mizubayashi a passé une année sabbatique en France et suivi l’actualité en position d’observateur. De retour au Japon, ce qu’il a vu l’a accablé. “La volonté du pouvoir, c’est de minimiser les conséquences, et Fukushima s’efface peu à peu de la mémoire. Comment est-ce possible aujourd’hui, malgré Hiroshima et Nagasaki ? Il n’y a même pas de débat national pour décider si le Japon peut sortir du nucléaire, le gouvernement veut relancer toutes les centrales et en revendre à l’étranger, alors qu’il y a toujours 150 000 personnes qui ont tout perdu.”

Continue reading at Akira Mizubayashi : “Le gouvernement japonais minimise Fukushima le plus possible”

Posted in Français.

Tagged with , , , , , .


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.